Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Contact
 

Jacques SECRETIN LOGO
S
a disparition a laissé le tennis de table français orphelin. Jacques Secrétin, « Maître Jacques », nous a quittés mercredi dernier à l’âge de 71 ans. En ravivant le souvenir de ses dix-sept titres individuels de champion de France, ses quatre médailles d’or européennes ou son sacre mondial en double mixte avec Claude Bergeret en 1977. Et bien d’autres encore. Comme celui de sa venue dans la Vienne il y a un trente-et-un ans, quasiment jour pour jour. Le 28 novembre 1989, Jacques Secrétin et son acolyte Vincent Purkart, disparu en 2015, avait fait escale pour leur célèbre show « sensationnel, unique, spectaculaire » à Poitiers, pour un rendez-vous organisé par l’ASPTT Poitiers et son président Philippe Lion. L’affiche trône d’ailleurs toujours et encore dans le gymnase Saint-Nicolas.
En enchaînant les échanges incroyables sur petite et grande table, en jouant la comédie, les deux pongistes avaient alors régalé et amusé les nombreux spectateurs massés dans une salle comble encore appelée la Ganterie, mais déjà, malheureusement, orpheline du volleyeur Frédéric Lawson-Body, tragiquement disparu un mois et demi auparavant.
Malgré ce souvenir douloureux et ce traumatisme encore récent, le Stade Poitevin Volley-Ball avait également participé à la fête de la petite balle blanche. « Les volleyeurs avaient assuré la première partie en faisant une démonstration avec un drap sur le filet et en jouant sans se voir, se souvient Philippe Lion, désormais co-président du Poitiers TTACC 86, qui avait croisé pour la dernière fois Jacques Secrétin lors du tournoi international de Cognac l’an passé. Cela avait été une très belle soirée passée dans un esprit divertissant. C’était du spectacle. »
« Ce show unique à ne pas manquer » que l’ASTT Châtellerault avait accueilli, à son tour, le 20 mai 2000. « On voulait dynamiser le club et c’était le meilleur moyen de le faire, explique Jean-François Hardouin qui avait pris la présidence du club châtelleraudais deux ans auparavant. Mille personnes avaient assisté à cette exhibition, c’était super. Je garde de ce passage la grande complicité entre Jacques Secrétin et Vincent Purkart et la proximité qu’ils avaient avec le public. On en a ressenti les effets après. Cela a donné une vraie impulsion au club. » Mais pas seulement.
Car pour les deux dirigeants, Jacques Secrétin a tout simplement permis au « ping » français d’exister. « Il a défriché cette discipline au plus haut niveau et l’a sorti du ping-pong », avance Philippe Lion. « Il lui a donné ses lettres de noblesse », renchérit Jean-Français Hardouin, qui aurait dû le revoir à l’occasion des mondiaux vétérans prévus en avril prochain à Bordeaux.(Journal Nouvelle République du 29/11/2020)